Timecode : LTC et MTC

timecode

Avant de voir les différences entre MTC et LTC, repartons un peu du début en parlant du timecode de manière générale.

Timecode, c’est quoi déjà ?

Le Timecode c’est un code temporel utilisé pour synchroniser plusieurs médias entre eux, comme de l’audio ou de la vidéo et qui s’exprime en heures, minutes, secondes et images (ou trame). Je suis certain que tu as déjà vu un formatage temporel du genre 00:00:00:00 sur une vieille VHS. C’est notre fameux timecode !

En pratique pour synchroniser plusieurs machines, on détermine une machine « maitre » qui va générer le Timecode pour le reste des machines dites « esclaves » (on passe sur cette terminologie un peu borderline ok ?). 

En gros, c’est un peu comme une horloge universelle sur laquelle tout le monde calerait sa montre pour être bien synchro (et probablement faire un mauvais coup comme braquer une banque ou un truc du genre). 

Dans notre domaine, on va parfois avoir besoin que la vidéo, le son, la lumière, les effets spéciaux, la machinerie etc… soient tous synchros. On va donc avoir besoin de générer un timecode histoire d’être le plus précis possible.

C’est quoi cette histoire d’images ?

J’en conviens quand on parle de temps et qu’on regarde nos montres, on connait bien les heures, on connait bien les minutes, on connait même les secondes ou les millisecondes, mais ça s’arrête là. 

Il n’a jamais été question de rajouter une autre subdivision de temps.

Et bien depuis qu’on a inventé la vidéo, on a rajouté une autre notion temporelle : Les images, aussi appelées trames. 

Pour la faire courte, une vidéo c’est quoi ? C’est juste une succession très rapide d’images fixes. Et évidemment pour que ce soit fluide, des images il en faut un paquet. Plusieurs par secondes.

On va généraliser en disant qu’il faut entre 24 et 30 images par seconde. Et bien la voilà notre nouvelle unité temporelle !

Bien sûr comme si c’était pas déjà assez compliqué, tout le monde n’a pas fait la même chose. Les pionniers utilisaient 24 images par seconde, les Européens en ont mis 25, les Américains 30 (faut toujours qu’ils essayent de faire mieux que les autres). Bref c’est devenu la foire (même s’il y a une vraie raison à tout ça mais ça va pas nous intéresser ici).

En règle générale pour nos Timecodes, on va admettre une base de 30 images par seconde mais vous faites bien comme vous le sentez.

Le plus important c’est que la machine « maitre » et les machines « esclaves » se mettent toutes d’accord d’utiliser la même fréquence d’image, le reste ne changera pas grand chose (sauf si vous bossez avec de la vidéo, vous avez tout intérêt à utiliser la même fréquence que celle-ci).

Comment on transmet le Timecode ?

En 1969, la Society of Motion Picture and Television Engineers a standardisé le Timecode et c’est la raison pour laquelle on parle de SMPTE Timecode. 

Ils ont alors établi la façon dont les signaux étaient transmis et formatés et ont créé l’encodage LTC (Linear Timecode), permettant de véhiculer le Timecode via un signal audio.

L’histoire c’est de créer une cadence de bits qui représente notre code temporel. 

En pratique, c’est pas très intéressant à écouter mais si vous êtes curieux, voilà un extrait de LTC.  Attention, ne mettez pas le son trop fort car c’est assez désagréable :

Mettez le volume au minimum !

On a donc 80 bits par trame (image) codés en 0 et en 1 qui s’agitent pour nous donner un séquençage temporel précis à travers un signal analogique. 

En 1987, alors que les zicos sont en train de faire joujou avec leurs claviers midi dans tous les sens, la SMPTE se fait une petite réunion tranquille et se dit : Eh les gars, est-ce qu’on essayerait pas de faire passer du timecode via le midi ? 

Bonne idée Didier et voilà qu’ils nous pondent le MTC (Midi Timecode, ils n’ont pas été chercher loin sur le nom).

Le MTC, comme il est véhiculé en midi, n’est donc plus un signal analogique mais devient un signal numérique. On envoie des paquets midi sous forme de messages qui contiennent l’information temporelle.

Mais pour le reste ça fonctionne quasiment pareil !

Les différences entre LTC et MTC

En dehors du fait que le signal soit analogique ou digital, chacun a ses avantages et ses inconvénients.

Pour en savoir un peu plus, je t’invite à poursuivre ta lecture sur notre plateforme en lisant ma fiche pratique LTC vs MTC. J’y parle des limites de chacun et de leurs avantages respectifs puis je te parlerai aussi de Timecode via le réseau Ethernet qui peut vite devenir très intéressant (surtout quand on est fan de réseau comme moi).

À tout de suite pour ce comparatif et n’hésite pas à commenter si t’as des questions !

Le partage c'est la vie !

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Rejoins la communauté !

Envie de découvrir encore plus de contenu et d’outils pratiques ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Newsletter

Restons connectés

Inscris-toi gratuitement à notre lettre d’information mensuelle !

Rejoins nous